Home Institution

University of Colorado at Boulder

Publication Date

Spring 2008

Program Name

Madagascar: Ecology and Conservation

Abstract

La vitesse de déforestation à Madagascar pour se fournir un combustible à cuisinier est beaucoup plus que soutenable. Afin de combattre ce comble avant que les forêts soient détruites, plusieurs organisations non gouvernementales (ONGs) ont été établies. Ils luttent contre la déforestation en proposant méthodes alternatives que celles du charbon de bois ou du bois de feu – parmi elles se trouvent les suggestions comme les fours améliorés qui utilisent moins de bois par rapport le moyen, cuiseurs solaires, cuiseurs économiques (fata-mitsitsy), et la sensibilisation face aux conséquences de la destruction des forêts. D’après une étude faite par la Food and Agriculture Organisation (organisation pour l’alimentation et l’agriculture – FAO) le taux de perte des forêts Malgache entre 1990 et 2000 était -0,9% . Mais le « rythme actuel de la disparition de la forêt conduit à des mesures émanant aussi bien d’acteurs nationaux qu’étrangers» et ceci souligne le fait que « les mesures prises n’ont pas [suffisant] à freiner une déforestation. » La gestion durable des forêts à présent est de 20% . L’Association pour le Développement de l’Energie Solaire Suisse-Madagascar (ADES) se trouve dans le sud-ouest de Madagascar et est maintenant en train de faire un essai sur l’utilisation de fours solaires et de paraboles solaires en étudiant leurs impactes environnementaux dans la région. Ces impacts se constituent (mais non pas limité à) la réduction d’utilisation des combustibles en quantité et émissions, l’épargne des forêts réalisées hirsute, et l’épargne de l’argent non dépensée sur l’achat des combustibles. Dans ce rapport l’évaluation n’élabore pas des deux dernières missions mais seulement en ce qui concerne l’utilisation du four ou de la parabole par rapport à un combustible à main. Les paysans étaient enquêtés à travers d’une série de questions comprise sur leurs pratiques culinaires quotidiennes des devises à cuisinier, leurs consommations de combustibles quelconques, et leurs avis sur l’utilisation de l’énergie solaire pour la cuisson de leurs aliments. La préférence de la zone sud-ouest de Madagascar comme champ d’action est basée sur le climat favorable à l’utilisation de l’énergie solaire – ayant au moyen 330 jours d’ensoleillement de 6 heures (convenable pour l’exploitation) chaque année et un climat du type subdésertique dont la température peut atteindre 40°C . Les trois sites de fabrication et distribution de l’ADES se trouvent à Toliara, Ejeda, et à Morondava. Ejeda, étant le centre d’intérêt dans cette évaluation, s’est situé à peu près 250km de Toliara. Un échantillon d’utilisateurs était pris pour trouver la réduction moyenne par ménage à Ejeda ville et des villages auprès où l’ADES fait aussi du travail. Cet échantillon peut être utilisé comme moyen d’estimer des effets environnementaux des activités de l’ADES à Ejeda. Elle peut surtout être employée comme témoignage d’après les ménagers particuliers qui en possèdent un ou plusieurs produits de l’ADES pour améliorer les procédures de fabrication jusqu’à la gestion de distribution. Les interactions humaines avec les méthodes solaires sont intégrales sur le succès de l’énergie solaire à Madagascar. L’énergie solaire est importante à Madagascar et d’ailleurs, malgré que c’est encore petit, le commencement d’habituer les gens à l’importance (et même valorisation) de l’énergie solaire est intégral aux accroissements de sagesse dans l’avenir.

 

Share

Article Location

 
COinS